Consultation parents-enfants et accès aux familles socialement défavorisées

En collaboration avec la Haute école spécialisée de Lucerne - Travail social et avec le soutien du Programme national de prévention et de lutte contre la pauvreté (2014-2018), l'Association suisse de consultation parents-enfants a initié en 2015 un projet sur le sujet de la consultation parents-enfants et l’accès aux familles socialement défavorisées. Le rapport final a été publié en juin 2019 (en allemand). Un sommaire est disponible en français.

L’étude se penche sur les interrogations centrales suivantes :

  • Comment, et dans quelle mesure, la consultation parents-enfants parvient-elle à atteindre les familles présentant des besoins particuliers, c’est à dire les familles défavorisées sur le plan socio-économique et celles qui ont un parcours migratoire ? Quels groupes cible parvient-on à atteindre efficacement et lesquels moins ?
  • Quel type d’offre permet aujourd’hui à la consultation parents-enfants d’atteindre le plus efficacement les familles socialement défavorisées ? Quels sont les facteurs qui favorisent ou au contraire qui freinent l’accès des familles socialement défavorisées à la consultation parents-enfants ?

Conclusions

L’obstacle principal qui empêche les familles de certains groupes cible de profiter de la consultation parents-enfants est le fait qu’elles ne connaissent pas forcément l’offre. Un effort pourrait donc être fait, afin que celle-ci soit mieux connue, en particulier au sein de la population migrante.

Connaître l’offre ne signifie pas toujours l’utiliser, comme on le voit en particulier au sein de la population suisse au bénéfice de l’aide sociale : ces personnes sont nombreuses à connaître l’offre de la consultation parents-enfants, mais y recourent relativement peu. Lorsque les bénéficiaires de l’aide sociale recourent quand même à la consultation parents-enfants, ils-elles le font plus intensivement, qu’il s’agisse de familles suisses ou migrantes.

En ce qui concerne les types de prestations, l’étude montre que les visites à domicile sont une forme de consultation adéquate pour les familles socialement défavorisées. La comparaison montre que les consultations ont plus souvent lieu sous forme de visites à domicile lorsqu’il s’agit de familles au bénéfice de l’aide sociale et parmi celles-ci en particulier les familles issues de la migration.

De plus amples informations sur la structure et les résultats de l'étude et sur les recommandations qui en découlent se trouvent dans la fiche d'information sommaire.